•  

    Bonjour Patrick, cette interview est un nouveau rendez-vous sur notre page. Tu es le trente-deuxième auteurs à te faire interviewer. Nous te remercions d'y avoir répondu positivement.

     

    1) Présente-nous ton univers en quelques mots stp ?


    J’aime mélanger les thèmes proches du fantastique avec des histoires d’amour, des intrigues, des choses auxquelles on peut s’identifier dans la vie de tous les jours. J’accorde aussi beaucoup d’importance au fait que les thématiques surnaturelles soient abordées de manière très réaliste. J’aime que ce soit crédible malgré le fait que ce soit « extra-ordinaire ». En tant que lecteur, j’ai besoin d’y croire. Si ce qu’on me présente n’est pas crédible, je n’accroche pas. J’essaie de faire pareil en écrivant : j’aborde des thèmes fantastiques en les ancrant dans le réel.


    2) Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire ce roman ?

    L’envie irrésistible de raconter des histoires. Je suis absolument fan de fictions, que ce soit sous forme de livres ou de séries, de films. Je suis très exigent car l’offre est énorme et on trouve de tout, du très bon comme du très moyen. J’essaie d’écrire des histoires et des intrigues que j’aimerais moi-même découvrir en tant que lecteur ou spectateur. Ce roman est particulier car j’ai écrit chacune des parties à différentes époques de ma vie, parfois très éloignées dans le temps. Mais j’ai constaté en le finalisant que mes goûts gardent une même ligne directrice au fil du temps.

    3) Pourquoi avoir écrit sur ce ou ces thèmes ?

    J’aime les histoires où se mêlent l’ombre et la lumière. Ce n’est pas forcément le bien et le mal, c’est plus complexe que ça, il y a beaucoup de nuances. Et les notions de bien ou de mal sont toutes relatives à chacun, à chaque époque, à chaque culture. Tout n’est qu’un point de vue. Pour traiter de ça, rien de tel que des histoires qui abordent le fantastique et les histoires d’amour. Et puis des thèmes comme ceux-ci, ça fait voyager, ça permet de s’extraire du quotidien même si celui-ci peut être aussi très riche d’aventures. Mais ce ne seront jamais les mêmes. Ou presque jamais.

    4) Depuis quand écris-tu ?

    J’ai dû commencer à écrire vers l’âge de 9-10 ans, sous forme de poèmes. Mais vers l’âge de 13 ans je me suis mis à écrire un premier roman, qui m’avait pris deux ans si je me souviens bien. Mais la passion était née. J’ai continué à écrire pendant plus de douze ans après cela, des nouvelles ou des scénarios lors de mes études de cinéma, puis j’ai arrêté une bonne quinzaine d’années. Tout en continuant à noter des idées d’histoires qui me venaient par-ci par-là au fil des ans. Et très récemment, je me suis dit qu’il était temps de reprendre un peu tout ça plus sérieusement pour en faire quelque chose.

     

    5) À quel moment de la journée écris-tu ? As-tu des rituels d'écriture ?

    Je me sens plus prolifique le soir, la nuit. Les idées viennent plus facilement il me semble. J’ai besoin de calme absolu, que personne ne soit près de moi. La nuit dégage une atmosphère plus propice à tout ça, l’énergie n’est pas la même que dans la journée. L’humanité de cette partie de la planète dort, et cela semble créer un contexte plus apaisé où l’esprit peut voyager plus loin dans les limbes de l’imagination et aller chercher l’inspiration plus profondément. Et parfois, je mets une musique qui me trotte dans la tête et qui sert de bande son à la scène que j’écris, et cette musique m’aide à m’immerger encore plus dans mon histoire avec mes personnages. La journée, je vais relire et corriger, restructurer si besoin, ce que j’ai écrit la veille.

    6) Quels sont tes auteurs et romans préférés ?

    Dans différents styles, je dirais Anne Rice avec « Le lien maléfique » et Isaac Asimov avec « Le robot qui rêvait ». Ces auteurs savent tous deux mêler des histoires fantastiques ou de science-fiction avec un soucis de réalisme qui fait que j’accroche à leurs histoires sans difficulté. J’ai beaucoup lu aussi Jean Markale à une époque, Philip K.Dick aussi. Et Marion Zimmer Bradley pour les « Brumes d’Avalon ».

    7) Qu'as-tu éprouvé avant la sortie de ton dernier roman ?

    Beaucoup d’excitation ! C’est un travail de longue haleine, on est à la fois impatient et anxieux de le présenter au monde. Est-ce que les gens vont aimer ? Est-ce que j’ai assez optimisé la forme et le fond de mon récit ? Est-ce que j’ai opté pour la pochette la plus adéquate ?

    8) Quels sont tes projets d'écriture pour l'avenir ?

    J’ai un autre roman déjà « écrit » depuis longtemps, qu’il va me falloir reprendre pour l’actualiser. Et puis j’ai plein de débuts d’histoires qu’il me reste à développer donc, j’ai de quoi faire !

     

    Nous te remercions pour ta participation à cette interview. C'était très gentil de ta part de te prêter au jeu et d'avoir répondu à toutes mes questions.

     

    #Véronik

     


    votre commentaire
  •  

    Bonjour Caroline, cette interview est un nouveau rendez-vous sur notre page. Tu es la trente-et-unième auteures à te faire interviewer. Nous te remercions d'y avoir répondu positivement.

    1) Présente nous ton univers en quelques mots stp ?

    J’écris des romances traditionnelles car j’aime les histoires qui se terminent bien. C’est mon côté un peu fleur bleue ! Je m’attache à créer des personnages complexes, parfois même un peu casse-pied j’avoue ^^… Je les emmène dans des endroits dépaysants car on est là pour rêver, n’est ce pas ?

    2) Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire ce ou ces romans ?

    Je suis avant tout une lectrice. A un moment, j’ai voulu à mon tour raconter une histoire que je n’avais pas encore lue. Embarquer les lectrices avec moi, comme je suis moi-même entraînée lorsque je lis. Écrire est pour moi une forme de partage, d’échange.

    3) Pourquoi avoir écrit sur ce ou ces thèmes ?

    Pour moi l’essentiel est de passer un bon moment, de se couper du quotidien le temps de quelques pages. Pas de prise de tête, pas de moral, juste de la lecture, de l’évasion. Je n’ai aucune autre prétention ^^

    4) Depuis quand écris-tu ?

    J’ai commencé à écrire à l’adolescence. Des petites histoires sans prétention couchées au Bic sur des cahiers de brouillon. Elles n’étaient pas destinées à être lues. Je les ai rangés dans un carton dans le garage.
    Je me suis mise sérieusement à l’écriture en 2002. La romance française, non traduit, prenait de l’importance. J’ai eu beaucoup de chance car mon premier manuscrit a été retenu ! J’ai donc continué à écrire.

    5) À quel moment de la journée écris-tu ? As-tu des rituels d’écriture ?

    J’aime écrire le soir, quand tout est calme dans la maison. Je mets mes écouteurs avec ma play-list du moment et c’est partit.

    6) Quels sont tes auteurs et romans préférés ?

    Oh la ! La liste est longue ! J’ai des goûts assez éclectiques (à l’exception des thrillers et de la SF). Mais souvent je reviens aux grands classiques, comme une musique des années 80 qu’on réécoute avec nostalgie ^^.

    7) Qu’as tu éprouvé avant la sortie de ton dernier roman ?

    C’est toujours une grande émotion. Un livre demande plusieurs mois d’écriture et de correction… Beaucoup d’inquiétude aussi et finalement la joie l’emporte avec la réaction des lectrices.

    8) Quels sont tes projets d’écriture pour l’avenir ?

    2019 devrait être une année bien remplie… Je vais pouvoir vous présenter Lyn et Fédra. Deux héroïnes au caractère bien trempé qui vont se retrouver dans des situations assez improbables. J’aime bien les martyriser un peu…
    A ce sujet si mes lectrices souhaitent être informées en exclu avant les autres, je les invite à rejoindre ma liste de chouchoutes :
    https://carolinecosta-auteur.us19.list-manage.com/subscribe…
    En bonus, elles recevront un texte gratuit et inédit ^^

    Nous te remercions pour ta participation à cette interview. C'était très gentil de ta part de te prêter au jeu et d'avoir répondu à toutes mes questions.

    #Véronik


    votre commentaire
  •  

    Bonjour Gwen, cette interview est un nouveau rendez-vous sur notre page. Tu es la trentième auteures à te faire interviewer. Nous te remercions d'y avoir répondu positivement.

     

    1) Peux-tu te présenter s'il te plaît ?

     

    Tout d’abord bonjour à toutes et à tous. Je m’appelle donc Gwen, j’ai 42 ans, pile poil aujourd’hui. Je suis une Sudiste avec un bout de cœur celte, grâce à mes racines. Je suis une épouse chanceuse, la maman comblée de jolie princesse et petit homme. Je suis fan d’histoire, de foot, de culture celte, de pâtisserie, de musique et de romance.

     

    2) A ce jour, tu as 2 romans publiés et un qui va sortir le lundi 3 décembre 2018, peux-tu s'il te plaît nous les présenter ?

    Avec plaisir. Pour mes trois premiers romans publiés, j’ai choisi trois thèmes différents.

    Noël toi et moi est une comédie romantique piquante, sur les hasards des rencontres.

    Perfect boss est une romance contemporaine qui se passe dans le milieu du journaliste sportif.

    Killer love, mon nouveau bébé, est une romance qui tire davantage vers le polar.

     

    3) Quelles sont tes sources d'inspiration pour écrire tes romans ?

     

    C’est une vaste question. Il y en a beaucoup. Généralement, tout part d’une idée, d’une scène, d’un lieu, d’une musique. Un petit rien et la machine s’emballe !

     

    4) Avec ton nouveau roman « Killer Love », tu vas dans un nouveau genre. As-tu fais des recherches particulières ?

     

    Je fais toujours des recherches, quel que soit le roman. Pour Perfect boss, par exemple, j’avais accroché à mon panneau de travail des vues du Grand Palais.

    J’ai besoin de maîtriser les lieux, les cohérences. Donc j’ai des fichiers pour chaque projet qui regroupent tous ces éléments.

     

    5) Écris-tu depuis longtemps ?

     

    Depuis toujours !

    C’est un peu excessif, mais je n’ai pas le souvenir du moment où j’ai commencé. Des petits poèmes pour les anniversaires, des contes, des textes pour défouler les trop pleins d’émotions. À l’adolescence c’est devenu un besoin quotidien. Puis j’ai eu des phases moins prolixes.

    Et j’ai vraiment repris, de façon plus qu’intense, depuis presque deux ans, pour mon blog ou mes romans.

     

    6) Quel est le moment dans la journée où tes idées sont le plus propices ? As-tu besoin d'une ambiance particulière pour écrire ?

     

    Je peux écrire à n’importe quel moment, avoir une idée qui germe pendant la douche, quand je conduis jusqu’au travail. Mais sinon, je passerais bien toutes mes nuits à écrire. La plupart du temps, vers 23 heures, les idées fusent et je ne m’arrête que quand mes yeux se ferment tout seuls, … ou quand je me rappelle que je travaille le matin.

     

    7) En général, combien de temps mets-tu pour écrire un roman ?

     

    C’est très variable. Six semaines pour Noël toi et moi ; deux mois et demi pour Perfect boss, presque six mois pour Killer Love. J’ai commencé bébé 4 il y a quatre mois, et le premier jet est bientôt fini.

     

    8) Fais-tu lire tes écrits à ton entourage ? Si oui, est-ce que tu appréhendes leurs réactions ?

     

    Jusqu’à ma première soumission, personne ne m’avait lu en dehors de ma meilleure amie à l’adolescence et d’une excellente amie lorsque j’ai décidé de tenter ma chance en édition.

    Noël toi et moi n’avait été lu que par mon éditrice avant de rencontrer les blogueuses et les lecteurs. Quel stress !

    Pour Perfect boss, mes deux bêta fées se sont plongées sur le berceau à la fin de la rédaction.

    Killer love a été ma première expérience de bêta lecture complète, avec l’aide précieuse de mes deux fées.

    Pour le moment, je suis seule avec bébé 4, mais mes bêtafées le liront avant tout le monde bien sûr.

     

    9) Lorsque tu es en phase écriture, est-ce que tu prends aussi du temps pour lire ?

     

    Oui, toujours ! Je suis une folle de lecture. Pour mon blog, pour moi, je passe rarement une journée sans lire.

     

    10) Tu as déjà écris trois romans, as-tu un personnage préféré ? (homme ou femme)

     

    Je m’investis dans chaque roman au point que j’entre en immersion avec mes personnages qui tapissent mon tableau de travail. Donc à chaque fois, j’éprouve une énorme empathie pour les filles et une grande affection pour les garçons. Mais pour être honnête, Morsen, le héros de Killer love est mon chouchou toute catégorie. Donc pour le moment je vais dire que c’est lui. Mais le héros de bébé4, qui est loin d’être un inconnu pour mes lectrices, a actuellement toute mon attention et je dois dire que, …

     

    11) Qu'est-ce que ça te fait lorsque un de tes romans doit sortir ?

     

    C’est un mélange euphorisant. Je suis toujours en plein stress pour savoir si les lectrices vont aimer mon livre, si j’ai réussi à retranscrire ce que j’ai voulu faire passer. C’est confortable d’être seule avec son clavier, ses idées, ses personnages !

    Mais en même temps, je suis dévorée d’impatience à l’idée de la partager avec tous. Dans les semaines qui précèdent la sortie d’un roman, je meurs d’envie de faire passer le temps plus vite.

     

    12) Tu es une auteure qui est éditée chez Éditions Addictives, est-ce que ça a été difficile de trouver une Maison d'éditions ? Peux-tu partager avec nous ton expérience ?

     

    Je suis fan, comme lectrice et blogueuse, de cette maison d’éditions. Lorsque j’ai décidé de tenter l’aventure de l’édition, je me suis naturellement tournée vers elle. Et j’ai eu la grande chance que mon roman soit retenu. Depuis, je continue l’aventure avec un immense plaisir dans la team addictive. Et j’en suis plus que ravie !

     

    13) En plus de ton roman « Killer Love » qui va sortir le 3 décembre 2018, as-tu d'autres projets d'écriture ?

     

    À vrai dire, le souci c’est que j’ai trop de projets d’écriture 


    votre commentaire
  •  

    Bonjour Eva, cette interview est un nouveau rendez-vous sur notre page. Tu es la vingt-neuvième auteure à te faire interviewer. Nous te remercions d'y avoir répondu positivement.

     

    1) Peux-tu te présenter s'il te plaît ?

     

    Bonjour Emi, bonjour à tous. Je suis mariée, j’ai deux fils et j’habite dans le Sud-Ouest. Je suis artiste peintre et en plus d’écrire, je pratique l’infographie, ce qui me permet de créer mes couvertures de livres.

     

    2) A ce jour, tu as 9 romans déjà publiés et un dixième qui va sortir le 27 décembre 2018, peux-tu s'il te plaît nous les présenter ?

     

    Ils ne sont pas tous publiés dans leur ordre d’écriture. Certains sont restés quelques temps dans mes tiroirs. Cela m’a permis de les relire avec suffisamment de recul pour les redécouvrir d’un œil neuf. De plus, mon écriture ayant évolué, j’ai reformulé certains passages et chapitres avant de les publier ou les soumettre.

     

    Escale surprise est une romance M/M toute douce. C’est l’idéal de commencer par elle pour quelqu’un qui n’a jamais lu de M/M.

     

    Deux annonces pour un cœur raconte l’histoire de deux hommes qui, par le biais de petites annonces, vont voir leur vie totalement chamboulée. Comme j’adore décrire l’hiver, j’ai pris beaucoup de plaisir à situer ma romance au Canada à l’époque de Noël.

     

    Bi or not bi ? est également un M/M hivernal. Cette fois-ci mes héros sont belges. C’est une comédie romantique feel-good, c’est-à-dire qu’elle se finit bien et que mes héros ne vivent aucun drame.

     

    Sur ta trace est le premier roman dans lequel on peut découvrir deux histoires d’amour, une M/F et une M/M. Je plonge le lecteur dans la jungle amazonienne. Cette lecture est peut-être un peu plus dure que les autres, mais le sujet s’y prête.

     

    Otoko Geisha est une romance M/M. Ma première publication aux éditions Milady. Sous un beau soleil printanier, mon petit otoko arpente les ruelles japonaises à l’Ere Edo. Si les cœurs de deux jumeaux battront pour lui, lequel fera palpiter finalement le sien ?

     

    Unité K9. Cette fois-ci direction l’Utah pour rencontrer un membre de l’unité K9 et un marshal. Une histoire d’amour contemporaine entre deux hommes qui ont chacun leurs secrets. Le tome 2 sortira l’an prochain. Un tome 3 est en cours d’écriture et un spin off est prévu.

     

    Musher. Une saga en trois tomes raconte plusieurs histoires d’amour. Les lecteurs poseront leurs bagages dans le Yukon pour rencontrer mes héros, dont une mamie pleine de bonne humeur et de bons sentiments.

     

    Le seigneur des Corbières comprend lui aussi deux histoires d’amour, une MF et une M/M. Cette fois-ci, l’action se déroule en France au Moyen-Age. J’ai beaucoup aimé écrire sur cette époque. C’est un roman plein de rebondissements qui sera suivi par le seigneur Cathare aux éditions Junopublishing.

     

     

    Kitsune, l’esprit renard est mon tout premier MF. Une fois encore, la maison d’édition Milady m’a fait confiance. Je suis donc retournée avec un immense plaisir au Japon, à l’Ere Meiji cette fois-ci, pour écrire les aventures de Sumiko et Tanaka. Dans cette romance, les lecteurs pourront également croiser mon otoko geisha. Quand cette interview sera publiée, j’aurai les premiers retours des lecteurs et saurai s’ils ont apprécié ce nouveau voyage dans le passé.

     

    Vous pouvez retrouver toutes les 4 ème de couverture ici sur ma page Amazon : https://www.amazon.fr/Eva-Justine/e/B01LJPUKO0/ref=dp_byline_cont_ebooks_1

     

    Et autres plateformes de vente.

     

    3) Quelles sont tes sources d'inspiration pour écrire tes romans ?

     

    Rien de précis. Comme je suis intuitive, je suis l’inspiration du moment.

     

    4) Tes romans sont pour une grande partie du genre « M/M » (Romance entre deux hommes), pourquoi ce choix ?

     

    Lorsque j’ai refermé mon premier roman M/M, je n’avais jamais songé que les gays avaient sans doute du mal à s’identifier aux personnages d’une romance MF. Je ne savais pas non plus qu’il existait des auteurs spécialisés dans ce genre, c’est donc tout à fait par hasard que j’ai découvert cette communauté. Je ne saurais pas vraiment expliquer la raison pour laquelle j’ai écrit du M/M pour débuter. Sans doute parce que l’histoire de Ty et Zane m’avait touchée.

     

    5) Écris-tu depuis longtemps ?

     

    Non. Contrairement à beaucoup qui noircissent des pages depuis leur enfance, moi je ne le fais que depuis 4 ou 5 ans.

     

    6) Quel est le moment dans la journée où tes idées sont le plus propices ? As-tu besoin d'une ambiance particulière pour écrire ?

     

    Je ne maîtrise pas grand-chose de ce qui se passe dans ma tête ^^. Lorsque j’ai une idée, j’attrape mon dictaphone et je l’enregistre avant qu’elle ne parte. J’écris toujours dans le silence absolu. C’est pourquoi, je le fais de préférence en soirée. Je peux facilement écrire jusqu’à trois heures du matin sans m’en rendre compte si je suis plongée dans mon monde.

     

    7) En général, combien de temps mets-tu pour écrire un roman ?

    C’est très variable. Cela dépend du nombre de recherches que je dois faire et du temps que cela me prend. Même si j’écris plus vite, je dirais environ six mois. Je laisse toujours mes écrits reposer ensuite pendant plusieurs mois (souvent le temps d’écrire un autre roman) pour mieux le redécouvrir. C’est seulement à ce moment-là que j’entame un réel travail de relecture, corrections, reformulations etc…

     

    8) Fais-tu lire tes écrits à ton entourage ? Si oui, est-ce que tu appréhendes leurs réactions ?

     

    Entourage familial : uniquement à mon mari, mon premier lecteur. Pour le tout premier roman, effectivement, j’appréhendais de connaître son avis, car il a plutôt la dent dure. Nous discutons ensuite de nos points de vue et c’est toujours très enrichissant, parce que nous n’avons pas la même sensibilité ou vision des choses. Sinon j’ai désormais des relecteurs qui sont devenus proches suite à nos nombreux échanges tout au long de l’écriture des romances.

     

     

    9) Lorsque tu es en phase écriture, est-ce que tu prends aussi du temps pour lire ?

     

    Quasiment pas. Je préfère restée plongée dans mon univers plutôt que de mettre le nez dans celui des autres. Si en plus je sais qu’il faut la boîte de mouchoirs à portée de main, ce n’est même pas la peine… je suis trop émotive. Lire les malheurs de héros même avec la garantie que tout finira bien pour eux ne me tente absolument pas. Je passe sans doute à côté de belles romances, mais tant pis, c’est mon choix.

     

    10) Tu as déjà écrit dix romans, as-tu un personnage préféré ? (homme ou femme)

     

    Non, non et non. Je suis incapable de choisir entre mes héros. Je leur ai donné naissance, je les ai accompagnés durant de longs mois. Ils font partie de moi. J’ai une grande affection pour chacun d’eux.

     

    11) Qu'est-ce que ça te fait lorsqu’un de tes romans doit sortir ?

     

    C’est le moment où je croise les doigts pour qu’il plaise. Bien sûr, il ne fera jamais l’unanimité, mais j’espère tout de même plaire au plus grand nombre. Transporter le lecteur pendant quelques heures loin de ses soucis et déjà en soi une satisfaction. Ensuite… je ne peux maîtriser l’émotivité de chacun. Chaque ressenti est personnel.

     

    12) Tu es une auteure qui est en autoédition, mais aussi en maison d'éditions. Peux-tu nous parler de ton expérience ?

    Les deux sont intéressantes à vivre. On apprend beaucoup dans les deux cas. L’autoédition permet de tout gérer de A à Z. Comme je suis créative, j’adore par exemple faire mes couvertures, je dis souvent que c’est ma récréation. J’aime beaucoup moins faire la mise en page, mais je la soigne afin que mes lecteurs soient exactement dans les mêmes conditions de lecture que pour l’un de mes romans publiés en maison d’édition. Je suis entourée d’une formidable équipe de relecteurs que je remercie au passage ^^.

    En maison d’édition, c’est différent, on confie son roman à des professionnels qui auront la charge de s’en occuper pendant plusieurs années. Le travail de correction est également différent d’une maison à une autre, alors je m’adapte. Pour finir, une maison d’édition permet d’élargir son lectorat, ce qui est un bel avantage quand on débute. J’ai rencontré des lecteurs formidables et fidèles, et j’en profite pour les remercier une nouvelle fois de me soutenir.

     

    13) En plus de « Musher Tome 3 Jusqu'à vous » qui va sortir le 1er décembre 2018 et « Le seigneur des Corbières Les Seigneurs #1 », as-tu d'autres projets d'écriture ?

    Oui. Mon cerveau fourmille d’idées. J’ai déjà un planning chargé pour les années à venir, puisque je vais maintenant alterner les romances MF et MM, alors qui m’aime me suive !

     

    Nous te remercions pour ta participation à cette interview. C'était très gentil de ta part de te prêter au jeu et d'avoir répondu à toutes mes questions.

     

    #Emi

     

    Merci à toi. J’ai essayé de ne pas être trop longue pour ne pas décourager les lecteurs lol J’espère qu’ils sont allés au bout de l’interview ^^

    Eva


    votre commentaire


  • Bonjour Tiphaine, cette interview est un nouveau rendez-vous sur notre page. Tu es la vingt-huitième auteures à te faire interviewer. Nous te remercions d'y avoir répondu positivement.

    1) Présente-nous ton univers en quelques mots stp ?

    En quelques mots ?! Rebondissements, suspense, amour… Bon plus sérieusement, mon univers est assez vaste, mais je prends un malin plaisir à faire tourner mes lectrices en bourrique mdr, en mêlant suspense, amour, sexe, sans oublier tous les rebondissements que je ne cesse d'impliquer. Quand les lectrices pensent se diriger tout droit vers un chemin, j'essaie de faire en sorte qu'il y ait un retournement de situation que personne n'ait pu voir venir. Voilà comment je définis mon univers…

    2) Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire ce ou ces romans ?

    L'envie de coucher sur le papier toutes les idées qui me passaient par la tête avant que ça ne prenne trop de place dans mon esprit.

    3) Pourquoi avoir écrit sur ce ou ces thèmes ?

    Pour les Sept Péchés Capitaux, tout simplement parce que ce thème m'a toujours intrigué et que je n'avais rien vu de semblable dans d'autres romans alors je me suis dit pourquoi pas. Cette série renferme bon nombre d'expériences personnelles mêlées à ma grande imagination.
    En ce qui concerne Artémis, c'est plutôt l'envie d'écrire sur des jumeaux forts et courageux qui ont vécu un drame. Envie de développer sur leur passé, présent et futur. D'expliquer cette horreur qu'ils ont vécue, comment ils ont pu s'en sortir et où ça a bien pu les mener.

    4) Depuis quand écris-tu ?

    En fait, j'écris depuis petite, des histoires plus ou moins courtes. J'ai toujours ressenti ce besoin d'évasion dans un autre monde que le nôtre avec des personnages inventés qui auraient pu faire partie de ma vie. Mais je me suis lancé dans l'écriture de mon premier roman, il y a un peu plus d'un an.

    5) À quel moment de la journée écris-tu ? As-tu des rituels d’écriture ?

    Généralement, j'écris le soir après le boulot. Durant les vacances ou les week-ends, ça m'arrive d'écrire le matin ou l'après-midi. Pour les rituels d'écriture, je n'en ai pas vraiment. Je peux écrire accompagnée de musique ou non, de bruit de fond tel qu'un film ou non, d'un paquet de bonbons ou non, d'une boisson ou non, tout dépend de mon humeur du moment, de la scène que je décris, …

    6) Quels sont tes auteurs et romans préférés ?

    Oulà, j'en ai tellement ! Pam Godwin avec Notes Noires, Amandine Ré avec Mystérieux, Nathalie P. avec Engulfed (j'adore tous ces romans, mais c'est celui-là qui m'a le plus marqué), Thania Odyne avec Au-delà des apparences et Dark Psycho, Licora L. avec L'envie de vivre, Stefany Thorne avec Adrian US Army et À jamais, Ange Edmon avec Le silence des mots, Layla Namani avec ABC Love, Mila Ha avec Ne me fuis pas et tellement d'autres…

    7) Qu’as-tu éprouvé avant la sortie de ton dernier roman ?

    L'anxiété, le stress, l'excitation, la joie, le doute, la peur … Tous ces sentiments mêlés qui me hantent à chaque sortie.

    8 ) Quels sont tes projets d’écriture pour l’avenir ?

    Finir d'écrire les tomes 5, 6 et 7 de ma série "Sept Péchés Capitaux". Écrire le spin off d'un de mes personnages "d'Artémis". J'ai également mon roman "Bro gozh ma zadoù" sur la seconde guerre mondiale en cours d'écriture et deux autres idées de roman qui sont en attente d'écriture.
    Merci à toi pour ce petit moment interview et bonne journée

    Nous te remercions pour ta participation à cette interview. C'était très gentil de ta part de te prêter au jeu et d'avoir répondu à toutes mes questions.

    #Véronik

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique