• Armorican Psycho - Gwenael Le Guellec 700 pages

     

    Résumé :

    Gagnant Prix du Suspense Psychologique 3e Edition 2019 présidé par Bernard Minier. 

    Un photographe solitaire atteint d'une maladie le contraignant à voir le monde en noir et blanc enquête sur la disparition de son ami, et se retrouve confronté à un mystérieux tueur se faisant appeler le Tailleur de sel...

    Mon avis :

    Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteur Gwenael Le Guellec et Les Nouveaux Auteurs pour ce livre en Service Presse. 

    Avant de commencer ce roman, j’ai eu un petit doute.

    Est-ce qu’il va me plaire ? Plus de 700 pages. Y a intérêt... Je me suis dit qu’au pire, j’allais découvrir à travers ce roman une région fascinante, la Bretagne. La Bretagne est un mystère pour moi. On m’en parle souvent, mais je n’ai encore jamais mis les pieds sur cette terre. Mais je peux vous confirmer qu’après avoir lu ce roman, j’ai presque l’impression d’y avoir séjourné.

    Deux choses nous marquent dès le début du roman. Pour commencer l’atmosphère très particulier décrit par l’auteur. Il est à la fois lourd et pesant. On a presque l’impression de le ressentir vraiment lors de notre lecture. Puis vient le moment où nous faisons connaissance avec le personnage principal, Yoran.

    Il est un mystère à lui tout seul. Même après avoir fini ce roman, je pense ne pas savoir qui il est vraiment. Yoran est un homme particulier et différent des personnages qu’on a l’habitude de côtoyer. Malgré tout, il arrive à nous toucher d’une certaine manière. Sa grande solitude nous fait de la peine. On le voit avancer courageusement tout au long de l’histoire pour démêler le vrai du faux quitte à y risquer sa vie.

    Je me suis beaucoup interrogée sur lui, car j’ai eu du mal à comprendre pourquoi il se jetait à corps perdu dans cette quête. Je dirai même que c’était plus qu’une quête, un accomplissement. Comme ci, c’était le but de toute une vie. Puis je me suis souvent demandée comment un tel homme pouvait vivre avec tant de solitude et de mélancolie. Pourtant, à force de le côtoyer, on sent qu’au fond de lui un grand cœur se cache et n’attend qu’une chose finalement, de l’attention.

    Ce roman est un vrai jeu du mystère et de patience. Chaque indice nous est offert au compte goutte. Comme notre héros, il faut le mériter. La patience n’est pas une de mes qualités, mais pour le coup, j’ai su prendre sur moi.

    Ce qui est fou, c’est que malgré le grand nombre de pages, jamais je me suis dit qu’il faut que j’arrête. L’intrigue est tellement bien écrite qu’elle nous tient en haleine et nous donne l’envie d’avancer dans l’histoire coûte que coûte. L’intrigue en elle-même est passionnante.

    On va à travers ce livre voyager dans des contrées sauvages, mais aussi dans le cerveau d’êtres dénués d’âmes. On sent le mal rôder, mais on se trompe souvent d’où vient son origine.

    Certains passages sont durs à lire, mais malheureusement la fiction s’approche parfois d’une réalité qu’on ne souhaite pas soupçonner.

    Amis fans de thriller lancez-vous sans hésiter !!

    Ce roman a gagné le Grand Prix du suspense psychologique et je peux vous confirmer qui le mérite amplement.

    Je vous recommande vivement ce roman.

     

    Note : 8,5/10

    #Véronik


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :